⁕ Littérature

"Un bonheur que je ne souhaite à personne" de Samuel LE BIHAN

Mon retour – Extraits – Présentation –
Lecture de janvier 2019

Ce premier roman de l’auteur est dédiée à sa fille. Un récit autour de l’enfant et de sa famille face à la révélation d’une maladie qui ne guérira pas. Ici c’est l’autisme. Il n’est pas question de termes médicaux c’est juste une parcelle de vie et toutes les difficultés que ces familles peuvent rencontrer dans la vie de tous les jours. Il n’est pas question non plus de nous faire pleurer, il est juste démontrer tout ce qui peut être fait à force de combats réguliers pour intégrer les enfants dans une vie sociale « normale ». Quelques anecdotes avec les amis qui restent, peu, et ceux qui sont très curieux où qui voudrait avoir des détails « croustillants ».
  • « Il bafouille, je ne lui laisse pas  le temps de répliquer :
Est-ce que le petit a beaucoup regardé l’âne Trotro quand il était petit? Parce qu’il paraît qu’il y a des images subliminales qui ont un impact sur les neurones. Des wagons entiers de dégénérés à cause de l’âne Trotro…
Il cherche de l’aide auprès de sa femme, qui vole à son secours :
Non mais ça va mieux, Wenceslas est simplement un peu nerveux. »
Les associations de parents qui s’entraident, les administrations dépourvues, souvent, de moyens d’intégrations. Mais comme le dit l’auteur, c’est en cours de changement.
  • « C’est… C’est cool ce que tu fais en tout cas. Toi, ceux de P’tit à P’tit et les autres… vous faites un peu évoluer les choses quand même, non?
Je souris. Il n’a pas tort. Ce n’est pas encore la panacée mais d’énormes progrès ont été accomplis. Depuis 2005, les plans nationaux se succèdent et les choses bougent. »
La vie continue, et l’amour de nos enfants nous fait avancer quoiqu’il arrive. Voilà, un récit bien agréable et touchant qui m’a bien plu.
Présentation :


«Être heureux, ça s’apprend ?» Laura, jeune mère de deux garçons dont un autiste, se pose cette question le jour où elle comprend qu’elle est en train de passer à côté de sa vie. Forte de son amour inépuisable et de sa détermination face au handicap de son fils, elle a très vite choisi de ne pas subir mais d agir. Seule contre tous, elle va loin, jusqu’à basculer dans l’illégalité pour obtenir de menues victoires. Mais ne s’oublie-t-elle pas trop dans cet éprouvant combat qu’elle mène au quotidien ? Où retrouver ce bonheur qui paraît s’être envolé ? Alors que le fragile édifice qu’elle a construit menace de s’effondrer, une rencontre inattendue s’offre comme une chance de sauver les siens. Saura-t-elle la saisir ? Un bonheur que je ne souhaite à personne, véritable hymne au sexe dit « faible », fait apparaître avec une grande sensibilité combien l’adversité et une maternité à part peuvent transcender une femme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s