⁕ Thriller

"Tuez-les toutes" de Sophie MANCEL

Mon retour – Extraits – Présentation –
Lecture de janvier 2019

Un roman bien noir entre thriller et policier, une enquête entre Limoges en 1995 et Périgueux en 2015.
J’ai choisi ce roman sur Prime un peu pour le lieu, j’aime beaucoup les romans qui se passent en France et qui plus est là où j’habite.

« — Réfléchissons. La petite Mathilde a été enlevée hier soir vers dix-neuf heures dans le centre de Périgueux. Son corps est retrouvé en fin de matinée au Bugue. Combien de kilomètres entre les deux ? — Environ quarante kilomètres. En temps normal on met une heure. — Et les Eyzies-de-Tayac où on a retrouvé Alice Ferrière ? — Treize kilomètres d’ici. — Camille Desmichel flottait dans la Vézère près de Montignac. — Vingt-sept kilomètres par la départementale 706. »

On se trouve au bord de la Vézère à une saison de pluie intense. C’est un endroit qui est souvent dans la brume ce qui rajoute une atmosphère froide au récit.

« Le Bugue, petite ville aux portes du Périgord noir, semblait blottie entre une colline de châtaigniers et une courbe de la Vézère. Le véhicule emprunta l’avenue de la Gare et arriva rue de la République pour se jeter dans une nasse constituée d’étals de légumes et de fruits, de fromages, de volailles plumées ou vivantes et de fleurs. Des stores plastifiés chargés d’eau étaient tendus jusqu’à rompre. Une foule dense de parapluies criards se croisaient en tous sens. »

La couverture est un peu bizarre mais on va comprendre pendant la lecture pourquoi. On suit Milano dans cette intrigue qui va la ramener à ces propres démons, comme tout bons policiers qui se respectent. Même si j’avais découvert la trame de fin à la moitié de l’histoire ça n’enlève rien et je dois dire que j’ai bien apprécié ce roman. Sur fond historique et dans un environnement bien décrit, les scènes de crimes se ressembleront mais resteront assez sordides.
Le début :

« Janvier 1995, Une pluie démentielle noie la ville de Limoges et ses alentours. Les corps martyrisés de deux adolescentes sont retrouvés flottant sur la Vienne. »

« Février 2015, Il pleut sans discontinuer depuis plusieurs jours sur Périgueux. Deux corps suppliciés d’adolescentes sont retrouvés à quelques jours d’intervalle dans une grotte touristique et flottant sur la Vézère en furie. »

Quelques coquilles sont restées par ci et par là.
Une lecture Amazon Prime Reading.
Présentation :
Voyage à travers la Dordogne sur les trace d’un tueur en série hors normes qui assassine des jeune filles enceintes…
Janvier 1995, une pluie démentielle noie la ville de Limoges et ses alentours. Les corps martyrisés de deux adolescentes sont retrouvés flottant sur la Vienne. L’inspecteur principal Barakian, assisté d’un jeune officier de police, enquête sur ce qui paraît être les crimes d’un tueur en série. Il trouve la mort au cours d’une arrestation mouvementée, mettant ainsi fin à ces meurtres sordides qui excédaient une population à bout.
Février 2015, il pleut sans discontinuer depuis plusieurs jours sur Périgueux. Deux corps suppliciés d’adolescentes sont retrouvés à quelques jours d’intervalle dans une grotte touristique et flottant sur la Vézère en furie.
Eve Milano et Philippe Tavel, officiers de police judiciaire, sont saisis — avec la gendarmerie —, pour enquêter, au grand dam du major Blainville, misogyne jusqu’au bout des ongles. Cette enquête sur les crimes de tueurs en série va prendre une autre tournure lors de l’assassinat d’une troisième jeune fille. Les trois victimes ne partagent qu’un élément commun, une grossesse précoce ; pas assez concordants, selon le psychologue engagé par la gendarmerie, pour parler de l’œuvre d’un seul psychopathe. L’abandon d’un message sur le corps de chaque victime interpelle Milano. Il pourrait s’agir d’un rendez-vous morbide pour le crime suivant. Les intempéries vont compliquer le travail des enquêteurs, rendant les routes impraticables et provoquant le déraillement d’un train et une surcharge de travail pour des médecins légistes très investis.
Plusieurs suspects vont chambouler leurs investigations. Milano finit par identifier un tableau peint au Moyen Âge qui inspirerait les meurtriers. Un tableau auparavant accroché aux murs d’une école fermée depuis longtemps.
Une quatrième adolescente disparaît. Un compte à rebours diabolique s’est enclenché pour tenter de la sauver.
Ce polar noir conjugue passé et présent avec une intrigue sur fond de scandale !

2 réflexions au sujet de “"Tuez-les toutes" de Sophie MANCEL”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s