⁕ steampunk

"Homunculus" de James P. BLAYLOCK

Mon ressenti – Extraits – Présentation – L’auteur – Définition –
Lecture de février 2019

Voilà une histoire complètement déjantée, l’auteur est l’un « des pères du Steampunk » (pour ceux qui ne connaissent pas j’en donnerais la définition sur mon blog en fin d’article). J’ai été voir les commentaires sur la zone et stupeur il n’y en a que trois et mauvais, je pense que les lecteurs ne sont pas assez avertis sur ce style de roman.
Au début :
  • « A bord de l’appareil, paraissant piloter la lune, se dressait une silhouette au crâne surmonté d’un chapeau posé de guingois, les mains crispées sur la roue du gouvernail, les jambes écartées comme pour affronter la houle d’un océan démonté. Les bourrasques agressaient son manteau en lambeaux et le repoussaient en arrière, mettant à nu une cage thoracique dépouillée de toute chair, de simples arcs séparés par des croissants de néant qu’illuminait la clarté de l’astre blafard. »
Pour ma part, j’ai été subjuguée par ce titre, le mélange fin 19ème à Londres ici, fantasy, futur et machine à vapeur est tout à fait homogène.  Lire le résumé pour en savoir plus sur celui-ci. Ce genre reste aussi un récit avec enquêtes, vols, crimes, cadavres et humour. Franchement il y a des passages à mourir de rire, des situations très cocasses.
  • « Une planche à disséquer sur laquelle était cloué un énorme crapaud écorché avait été déplacée par le vieillard. Elle se trouvait à présent à même le sol, près d’une liasse de notes diverses, d’une bouteille d’encre et d’une plume d’oie. Le bossu posa la carpe près du corps et retira son pardessus détrempé sans rien dire. De rage, Shiloh tendit le bras et repoussa le poisson qui tomba sur le batracien. Le geste était violent et la table trembla. Les ossements de Joanna Southcote s’entrechoquèrent et sa mâchoire se referma en claquant, peut-être afin d’admonester son fils pour sa maladresse. »
Ce n’est pas mon premier dans ce style et j’en ai d’autres qui m’attendent sagement, c’est un vrai voyage dans l’irréel, la brume, les courses poursuites… L’écriture est soignée et bien choisie. Bon, ce genre ne peut pas plaire à tout le monde, j’en suis bien consciente, mais pour moi c’est excellent.
  • « Il palpa la jambe de son pantalon et trouva sous le tissu une surface plate et une autre arrondie. Un instant plus tard il enfonçait un levier sous la cassette. Un hippopotame hilare le dévisageait, l’air goguenard. Il avait affaire à une bande de cinglés, c’était indéniable. »
Présentation :
Londres, fin du xixe siècle.
Une compétition acharnée oppose une bande de scientifiques géniaux à une sinistre ligue constituée d’un milliardaire débauché, d’un savant aussi dément qu’amoral et d’une horde de morts-vivants.
L’objet de leur lutte ?
Un homuncule, créature fantastique à l’existence tenue secrète et dotée de tous les pouvoirs, capable de triompher de la mort et du temps. Et celui qui réussira à s’en emparer règnera sur l’éternité… reste à savoir quel camp l’emportera le premier !
 
L’auteur :
 
Né en 1950 en Californie, James P. Blaylock est l’un des pères du steampunk, aux côtés de Tim Powers et K.W. Jeter, qu’il compte parmi ses amis. Il a reçu de nombreux prix pour son oeuvre prolifique. Joyau de la culture steampunk, Homunculus s’est vu décerner le prestigieux prix Philip. K. Dick.
 

Définition : Steampunk

Le steampunk est un courant essentiellement littéraire dont les intrigues se déroulent dans un xixe siècle dominé par la première révolution industrielle du charbon et de la vapeur (steam en anglais). Il s’agit d’une uchronie faisant référence à l’utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l’époque victorienne. On y retrouve l’utilisation de matériaux tels que le cuivre, le laiton, le bois et le cuir.
 
L’expression steampunk, qui signifie littéralement « punk à vapeur », parfois traduite par « futur à vapeur », est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du xxe siècle (même si des origines peuvent être trouvées dans des récits de Jules Verne), dont l’action se déroule dans l’atmosphère de la société industrielle du xixe siècle. Le terme a été forgé à la fin des années 1980 en référence au cyberpunk (terme apparu en 19841).
 
Le steampunk fait son apparition dans des œuvres littéraires fantastique, de fantasy, d’anticipation et certains sous-genres de la science-fiction. Il devient un genre littéraire, dont l’intitulé a été forgé par allusion au cyberpunk par les auteurs K. W. Jeter, Tim Powers et James Blaylock à titre de boutade2.
Steampunk HQ museum
Le steampunk est développé par le cinéma, la musique, le dessin et par le mouvement « Do it yourself ». Des passionnés donnent vie à leur personnage grâce à des réalisations artisanales (costume, accessoires, décoration).
Source : Wikipédia
 
 

2 réflexions au sujet de “"Homunculus" de James P. BLAYLOCK”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s