⁕ Nouvelle noire

"Oppressions" de Patrice QUELARD

Mon retour – Présentation – L’auteur –
Lecture de mars 2019

Dix nouvelles où l’oppression est présente. L’auteur n’a pas eu besoin de forcer sur les faits, c’est quelque fois infime mais bien là, sur la longueur, le temps, les générations… Toutes m’ont beaucoup plus, on avance dans le temps et au-delà avec finesse. L’oppression est insidieuse, arrive lentement mais s’installe sûrement, avec malice. Le résumé vous en dira plus sur les sujets écrits. Une très belle découverte par les nouvelles de cet auteur que je ne connaissais que par le nom sur les réseaux. Je rappelle que j’ai gagné ce recueil par un concours Facebook et j’en suis enchantée.
Présentation :


Des générations d’hommes et de femmes se sont battues, souvent jusqu’au sacrifice suprême, pour conquérir leur liberté face aux oppressions politiques ou religieuses. Mais au-delà de ces causes supérieures, nos vies quotidiennes, nos histoires personnelles recèlent pléthore d’oppressions auxquelles nous tentons de résister ou d’échapper, mais que nous reproduisons pourtant nous-mêmes inlassablement, génération après génération : le père, le chef, le sexisme, les croyances, les superstitions, le devoir, la patrie, la médecine, le nom, l’ascendance, les conventions sociales, l’idéologie, l’argent… Pouvons-nous un jour espérer nous affranchir de tout cela ? Consciemment ou inconsciemment, nous multiplions les oppressions infligées, et du même coup celles subies. Tels des pompiers pyromanes, nous continuons à aspirer à la liberté dans un monde que nous nous employons à recouvrir de chaînes avec une application schizophrénique.

Cette première partie de recueil comporte 10 nouvelles réalistes ou mâtinées de fantastique qui invitent à réfléchir sur les oppressions du passé et du présent.

L’auteur :

En bon Breton, Patrice Quélard est tout autant voyageur impénitent qu’attaché à sa terre natale. Passionné d’Histoire, et particulièrement des petites histoires dans la grande, cela ne l’empêche pas d’être également très attiré par les littératures de l’imaginaire. Dès la cinquième, son vénérable professeur de français disait de lui : « de la facilité de style, mais il faut parfois s’en méfier ! », conseil qu’il a pris longtemps au pied de la lettre, gardant pour lui sa versatile et abondante production, avant de se décider finalement à la partager. Bien que figurant dans des genres éclectiques, ses œuvres ont souvent pour trait commun un humour grinçant, ainsi qu’une réflexion sans concession sur la société actuelle, et plus généralement sur la condition humaine. Patrice Quélard vit à Saint-Nazaire, où il mène parallèlement une carrière dans l’éducation.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s