⁕ Littérature, ❤ Coup de cœur ❤

"Le bal des folles" de Victoria MAS

Lecture de novembre 2019

Et bien pour un premier roman chapeau bas à l’auteure. Ça sera mon coup de cœur de la semaine. Ce récit est très touchant, le résumé vous en dira plus. La condition des femmes dans la vie et à la Salpêtrière avec Charcot. Je me suis immergée dans cette histoire avec Eugénie, Thérèse, Geneviève, Louise… un lien : ce seul lieu, leurs histoires sont différentes pour chacune.
  • « Louise : Dormir est son seul moment de répit depuis les événements d’il y a trois ans qui l’ont conduite ici. »

 
  • « Eugénie : Grand-père est là, je le jure!, jusqu’à ce que son père la réprimande si durement, si violemment, qu’elle n’osa jamais plus mentionner sa présence les fois suivantes. »

La Salpêtrière, lieu d’expérimentations, de voyeurisme, de moqueries à cette époque où la femme quelque peu différente était traitée de folle par la peur de l’autre. Où les pères, les frères et les maris ne s’encombraient pas de ce qu’ils ne comprenaient pas. J’ai bien écrit « encombrer » car la femme n’était à ce moment-là qu’objet.
  • « Un asile pour toutes celles dont la sensibilité ne répondait pas aux attentes. Une prison pour toutes celles coupables d’avoir une opinion. Depuis l’arrivée de Charcot il y a vingt ans, il se dit que l’hôpital de la Salpêtrière a changé, que seules les véritables hystériques y sont internées. »

Les choses auraient-elles un peu avancé? Je me pose la question lorsque les médias nous relatent la vie de celles-ci dans certains pays, et chez nous encore… L’auteure nous les montre aussi sous un autre jour, plus belles parce que victimes aussi. Enfin, ici, dans ce récit, l’écriture est majestueuse, envoûtante, prenante, excellente. J’ai adoré ce récit et je remercie Katia pour nous l’avoir si joliment chroniqué car si je l’ai lu c’est grâce à elle. Allez-vous oser rentrer à la Salpêtrière à la rencontre de ces personnages d’une autre époque?

Présentation :

Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles – d’un côté les idiotes et les épileptiques ; de l’autre les hystériques, les folles et les maniaques – ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.
le bal des folles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s