⁕ Littérature, roman historique

« Le loup des Cordeliers » de Henri LŒVENBRUCK

🧡 Coup de Cœur 🧡

Je m’attendais à du bon, et c’est l’excellence que j’ai trouvé. Ce roman est comme « L’apothicaire » du même auteur, on ne peut le classer, il est juste magnifique. D’une belle écriture pleine de descriptions historiques, mystiques, légendaires, je me suis baladée dans les rues de Paris en mai 1789.

Une intrique : Gabriel jeune journaliste, sera obnubilé par le loup des Cordeliers et consacrera ces activités à cette recherche de vérité sur ce justicier, lequel sera le fil conducteur de ce récit. Mais, en cette année, le peuple de France acculé dans la misère va se révolter et il y a donc bien plus dans cette histoire. On y est, on voit, on sent, on se bat pour survivre. « Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre… » on redécouvre ici tout un pan de l’histoire : les inégalités allant grandissantes, l’injustice, la société sous Louis XVI. Et je n’ai pu n’empêcher de faire des concordances avec notre époque…

⁕ Les femmes : Anne-Josèphe Terwagne joue un rôle primordial à cette épopée :

Sans doute est-il naturel aux femmes d’éprouver quelque compassion pour ceux qui, comme elles, sont les victimes de la force et des préjugés, et parfois même du commerce des hommes. Nous sommes au siècle des encyclopédistes, et l’on continue sans jugement de faire partout la traite des femmes et des Noirs…

J’ai retrouvé aussi La Salpêtrière : « ancien arsenal, comme son nom l’indiquait, avait été transformé en 1656 en hôpital général… Et alors la Salpêtrière, tenue par des prêtres et des religieuses, était devenue une maison de privation de liberté pour ces femmes que l’on décrétait hâtivement folles, débauchées, voleuses ou sorcières… » : Lisez « Le bal des folles » de Victoria Mas, que j’ai fini juste avant celui-ci. L’histoire de France que l’on nous enseigne à l’école (par des professeurs blasés quelque fois, je parle pour moi) ne m’est jamais restée en mémoire, alors que là, je n’oublierais jamais ce que j’en ai lu.

Si vous saviez le nombre de petits post-it colorés que j’ai placé entre les pages de ce roman, il y aurait tellement à dire, mais ce serait trop en dévoiler. « Et dans la Seine coule le sang » est le chapitre qui m’a peut-être le plus chamboulée, même si ce sont des sujets que l’on connait, de les lire sous cette plume m’a terriblement émue.

⁕ Cet autre extrait lu hier dimanche a résonné en moi, il y aurait juste quelques mots à changer pour se retrouver aujourd’hui en 2019 :

La raison quitte les hommes, se désola La Fayette. Tout le monde manigance, pour tromper tout le monde! De toutes parts, c’est le mensonge qui l’emporte sur la dignité. Le roi promet au peuple de le protéger, mais il rassemble ses armées pour écraser la révolte populaire.

Je termine sur cet extrait. J’ai été transportée dans ce livre riche et généreux, et j’ai pris le temps de me poser, d’y penser, de revenir en arrière pour m’en imprégner. Je ne saurais que le recommander à tout public.

Dans ces styles différents, l’auteur m’a conquise depuis le premier roman lu, que ce soit dans le fantastique avec la série « La Moïra » (Le cycle des loups), un roman plus contemporain avec « Nous rêvions juste de liberté » et ses romans historiques comme « L’apothicaire » qui resteront mes préférés avec « Le loup des Cordeliers ». Il me reste encore à découvrir la série « Ari Mackenzie ». Je n’en ai pas fini avec cet auteur et ça me met en joie.

✴Présentation✴

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.

Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.

Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris…

Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l’ambition, le caractère, les plans secrets.

Alors que, le 14 juillet, un homme s’échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l’identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l’un des plus grands complots de la Révolution française ?

2 réflexions au sujet de “« Le loup des Cordeliers » de Henri LŒVENBRUCK”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s