Auto édition, ⁕ paranormal, ⁕ Roman

« Costa » de Lucas LAVARENNE

Lecture d’avril 2020 ➡

Auto-édition – 321 pages – Kindle –

🌸🌸🌸

Invitation au voyage, Costa, personnage central de ce roman va nous embarquer avec son cœur entre la Grèce et l’Alsace, en passant par Lyon et le Rhône. Un voyage fluvial, au fil de l’eau nous conduira jusqu’à la Méditerranée par amour.

Costa est jeune lorsque ses parents décident de quitter la Grèce, après quelques hésitations ils s’installent à Strasbourg, relèvent leurs manches et ouvrent un restaurant. Ils vont être heureux…

Entre réalité et fantastique, l’auteur nous emmène à travers l’amour de Costa pour Maryse dans ce périple extraordinaire, avec une passion débordante. On traversera diverses émotions avec ses allers et retours entre le Nord de la France, Lyon, Sète et une petite île grecque.

« Le Grec vit les yeux de Maryse s’illuminer à nouveau. l’idée paraissait lui avoir redonné espoir. Ses joues reprirent des couleurs, et elle se balança gaiement d’avant en arrière. Pour elle, il voulait bien sombrer dans la démence : plutôt que de l’en extraire, il  l’y rejoindrait – tout entier. »

C’est toute la vie de Costa, son amour, ses voyages réels et irréels qui nous transporteront. Entre le roman fantastique, la romance de deux adolescents, le voyage et la passion, l’auteur nous fait vivre de belles émotions colorées. Lucas je te remercie pour cette belle histoire qui m’a transportée.

✔ Présentation

De l’Alsace aux îles grecques, le voyage au fil de l’eau de deux adolescents partis sur les traces d’êtres à la nature incertaine…

Un vieil homme médite, le regard tourné vers le bleu de la mer Égée. «Bonsoir», lance-t-il dans la brise du soir.
Quel étrange chemin que celui qui avait été le sien. C’est bien loin de son île qu’il avait grandi, prêtant main-forte à ses parents au sein du restaurant familial – véritable morceau de Grèce planté en plein Strasbourg. Lorsqu’une jeune fille avait plongé ses yeux verts dans les siens, il avait pourtant cessé d’être quelqu’un d’ordinaire. Sous les reflets flamboyants de la lune, il avait compris que certaines choses – aussi malicieuses qu’envahissantes – lui avaient échappé jusqu’alors.
«Maintenant, tu n’es plus que borgne», lui avait un jour dit la jeune fille. Et pour autant qu’il s’en souvenait, elle avait eu raison.

Recueil lu de l’auteur :

Contes de mauvaises augures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s