Auto édition, ⁕ Fantastique, ⁕ Nouvelle

« Le retour du Horla » de Frédéric SOULIER

Lecture de juillet 2020 ➡

Auto édition – 65 pages – Kindle –

🌸🌸🌸🌸

Ce titre fait suite en version revisitée par l’auteur à la nouvelle de Guy de Maupassant « Le Horla » qu’il m’a été recommandée de lire aussi, mais j’ai eu un peu la flemme et j’ai tellement de livres qui m’attendent.. Peut-être un jour puisqu’il est téléchargeable légalement et libre de droit. L’auteur nous en livre quelques extraits dans cette nouvelle.

Le Horla est une nouvelle fantastique de Guy de Maupassant parue en 1886, puis dans une seconde version en 1887.

J’ai cherché une définition à ce mot surprenant et n’en ai point trouvé. Il semble bien que Maupassant l’ait inventé lui-même. Ce terme m’inspire de la frayeur : Horla, c’est très spécial comme mot. C’est ce qui m’a donc interpellée à cette lecture ainsi que l’écriture de l’auteur que je commence à bien connaître puisque je n’en suis pas à son premier titre.

Entre réalité et fantastique j’ai eu du mal à trouver le juste milieu. Romane, personnage principal de cette histoire, se sent responsable d’une accident qui a tué un jeune homme sous ses roues (à elle). S’en suit une déprime qui se transforme en dépression et qui part en vrille de façon démentielle.

C’est la montée en pression que l’auteur nous fait vivre au travers de son personnage, les déviances du cerveau dans toute sa splendeur.

Quelque fois j’ai l’impression de rester sur ma faim avec certaines nouvelles, mais celle-ci est juste à point, tout est dit de façon très claire et pointue, pas besoin d’en rajouter. Si vous ne craignez pas de devenir fou alors ce récit est fait pour vous et si le cœur vous en dit n’hésitez pas à lire la nouvelle original (dixit celle qui ne l’a pas lu…).

✔ Présentation

Une nouvelle fantastique de 22 000 mots. A la suite d’un accident mortel dont elle se sent responsable, Romane, 46 ans, fait une grave dépression. Minée par la solitude et la culpabilité, elle fait une proie facile pour ce qui rôde.
Et si la célèbre nouvelle de Guy de Maupassant n’était pas une oeuvre de fiction ? Et si le Horla était autant responsable que la syphilis de la folie des derniers jours de l’auteur ? Le retour du Horla est autant une version moderne qu’une suite à ce classique de la littérature fantastique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s