⁕ roman contemporain

« Où l’on apprend le rôle joué par une épingle à cravate » de Juan José MILLÁS

Lecture de novembre 2020 ➡

Plon 10/18 – 166 pages – Poche –

🌸🌸🌸

Premier livre lu pour le prix des lecteurs « Étranges Lectures » par la bibliothèque de Saint Geyrac. C’est dans un roman de littérature espagnole que l’on pourrait croire loufoque que j’entre, et qui pourrait se passer n’importe où. Un huit clos drôle et saisissant de par son personnage : Damián, qui nous fait le récit de son étrange disparition.

Il est seul, a perdu son emploi, et rumine sans cesse. Il a pour ami un personnage qu’il se crée, et pour ce mystérieux compagnon, il va commettre un petit larcin qui va le mener loin. Loin, mais pas en distance, juste en esprit. Sa vie va se résumer à côtoyer une famille et prendre des décisions pour elle. Jusqu’où ses idées le mèneront-elles?

« Il lui racontait, à travers une interview imaginaire qu’il prolongeait du matin au soir, tout ce qui lui arrivait. »

Qui ne s’est jamais parlé à soi-même! Mais où se situe le raisonnable de l’extravagant? Doté d’un certain humour l’auteur nous entraîne dans les péripéties de Damián, dans les méandres de ses réflexions sur la vie, dans une psychose sans retour.

« Plus Damián s’identifiait à ces êtres qui reviennent de la mort afin d’aider leurs proches, moins O’Kane devenait indispensable. »

Voici un récit qui se lit facilement, qui nous fait sourire mais tristement. Je pense que s’il était passé en film il ferait un peu flipper… Je préfère la couverture du livre poche qui reflète très bien l’histoire. Un roman contemporain qui, s’il n’était pas écrit situé à Madrid, pourrait se passer n’importe où ailleurs, pourvu qu’il y ait une grosse armoire en chêne… Un titre un peu long peut-être, seul petit bémol, surtout lorsque l’on pose son ressenti un peu partout. Une chouette découverte.

➡➡➡ Lien vers le site de Saint Geyrac – article :

✅ Présentation

Un roman loufoque et inquiétant où s’entremêlent solitude et folie douce.

Damián Lobo, quarante ans, vit à Madrid dans une solitude extrême depuis qu’il a perdu son emploi. Sergio O’Kane, son ami imaginaire, est son seul confident.
Un jour, afin de faire un cadeau à Sergio, Damián vole une épingle à cravate, puis fuit dans les dédales d’un marché d’antiquités et se cache dans une grosse armoire en chêne pour échapper aux vigiles. Avant qu’il puisse en sortir, le meuble est acheté et aussitôt livré dans la chambre de Lucía et Federico, où Damian s’installe en se calfeutrant dans l’armoire. S’il veille à ce que sa présence passe inaperçue, Damián reste néanmoins de longues heures à observer les membres de la famille et s’occupe des tâches ménagères. Très vite, il prend goût à sa nouvelle existence de bon génie utile et bienveillant, mais osera-t-il un jour révéler son existence et sortir de sa cachette ?

✅ L’auteur

Juan José Millás est un écrivain et journaliste espagnol récompensé par plusieurs prix dont le prix Nadal en 1990 pour La Solitude, c’était cela (Robert Laffont, 1993). Son œuvre est traduite dans plus de vingt langues. En France, il a été publié par Robert Laffont et Galaade.
Où l’on apprend le rôle joué par une épingle à cravate a été un immense succès populaire en Espagne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s