Auto édition, ⁕ Roman noir, ⁕ Thriller

« Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang » de Laurine VALENHELER

Lecture du juillet 2020 ➡

Auto édition – 546 pages – Broché dédicacé –

🌸🌸🌸🌸🌸

Je remercie Virginie pour cette belle découverte. Un bon pavé de plus de 540 pages qui se lit avec avidité, angoisse et une sérieuse envie de découvrir la fin. Deux flics : Maël et Yohann, font partie de la même section. Ils sont aussi en couple avec un enfant. Une série de meurtres homophobes va les entraîner dans leurs pires cauchemars.

Deux choses dans cette histoire, la fiction avec cette enquête odieuse et signée d’une main de tueur en série et la réalité de l’amour entre deux personnes du même sexe. On est en 2017 pour cette lecture mais à ce jour en 2020 rien ne change. Il n’y a qu’à écouter les gens parler autour de nous, voir les regards de certaines personnes à l’encontre de deux hommes ou femmes qui se tiennent par la main et tout est dit…

Une envie furieuse de crier mais quelle importance donne-t-on à l’amour! Faut-il être du sexe opposé pour s’aimer, l’amour n’est-il pas de rencontrer son âme sœur, peu importe le sexe, la couleur, les origines et la religion…

Ces crimes homophobes sévissent de part et d’autre du monde, entre autre. Apparemment il vaut mieux être en couple hétéro, se battre, s’entre déchirer voir s’entre tuer, rendre malheureux des enfants que de s’aimer?

Ce petit triangle rose qui sera le fil conducteur pour ce récit je le retrouve en lisant « La bibliothécaire d’Auschwitz »… Je retrouve souvent de petites choses reliant un livre à l’autre.

J’ai été très émue en lisant ce roman, l’écriture nous prend les tripes, rien n’est laissé au hasard. Un très beau livre entre amour et crime, un thriller glaçant et émouvant. Je suis très heureuse d’avoir découvert cette auteure et cette histoire, merci Virginie et merci à Laurine pour cette gentille dédicace.

✔ Présentation

Au cœur de l’hiver 2017, quatre ans après les débats sur le projet de loi « Mariage pour Tous », plusieurs couples d’hommes sont retrouvés morts en petite couronne de Paris. Sur les scènes de crime, la signature marque les esprits : entre les corps des victimes sont retrouvés des triangles de tissu, roses comme le symbole de la persécution des homosexuels sous le IIIème Reich.

Pour l’équipe de Maël Néraudeau et Yohann Folembray, lieutenants à la Section criminelle du SDPJ 94 et partenaires à la ville comme à la scène, le compte à rebours est lancé. Le mot d’ordre est sur toutes les lèvres, y compris celles de la presse : mettre la main sur l’assassin et enrayer la vague de folie meurtrière. Mais face à un criminel aussi obscur qu’imprévisible, les enquêteurs se retrouvent désarmés, et ce malgré l’appui d’un capitaine de la Brigade des crimes sériels de l’OCRVP venu se greffer à la section pour les assister. Le sadisme du meurtrier se révèle alors sans limite lorsque l’affaire prend un virage dramatique pour les deux coéquipiers et amants. Entre les plaies endormies qui se réveillent et la colère qui les déchire, affectant l’équilibre du groupe, le terrain est plus libre que jamais pour le Tueur au Triangle Rose, qui profite de la diversion pour passer à la vitesse supérieure et parachever son acte final…

En France, une agression homophobe se produit toutes les 33 heures.
En France, en 2019, des hommes et des femmes sont insultés, roués de coups, brisés moralement et physiquement parce qu’ils se tiennent la main dans la rue.
Entre la fiction et la réalité, entre haine institutionnalisée et passage à l’acte criminel, il n’y a plus qu’un pas et quelqu’un finira par le franchir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s